En décembre 2017, la ville de New York a mis en place un groupe de travail chargé d’explorer l’équité, la responsabilisation et la transparence dans les systèmes décisionnels automatisés exploités par la ville. Le but était d’élaborer des règles encadrant l’utilisation des technologies algorithmiques dans les politiques publiques. Ce projet, vu comme révolutionnaire, s’est conclu par un échec. Le groupe de travail n’ayant pas réussi à avoir accès aux informations, ni au catalogue des systèmes de traitement automatisés utilisés par la ville. De plus, il se heurtait à des complexités administratives, à la confidentialité des données et aux contenus des contrats passés avec les fournisseurs. Un rapport non officiel indique notamment que les villes doivent mieux contrôler les clauses d’obligation de transparence dans leurs contrats avec les fournisseurs de technologies. Nous ajouterions qu’en plus de bien connaître les systèmes d’informations qu’elles utilisent, les villes ne doivent pas perdre de vue la nécessité de faire l’exercice d’analyse des données existantes, et surtout utilisables, avant de se lancer dans un processus d’utilisation de celles-ci. #nyc #villeintelligente #smartcity #interoperabilite #integration #data #bigdata #opendata

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *